Les Iroquoiens (Hurons, Pétuns et confédération iroquoise)  
 
Les Hurons étaient probablement les alliés les plus fidèles aux Français. «Wyandots» de leur vrai nom (ce qui signifie «peuple insulaire»), ils étaient originalement situés entre le lac Simcoe et la baie Georgienne, sur un territoire de 2300 kilomètres carrés (région jadis appelée «Huronie»). Au début du XVIIe siècle, on estimait que la population huronne comptait environ 30 000 individus. Vivant principalement de l’agriculture et du commerce (maïs et tabac), la nation huronne était, à cette époque, l’un des groupes les plus prospères d’Amérique du Nord. La zone commerciale des Hurons était considérable. Elle comprenait la région des Grands-Lacs, la Mauricie et même la Baie d’Hudson. Les Hurons étaient bien conscients de la supériorité de leur système de commerce et très orgueilleux de l’influence dont ils jouissaient parmi les autres peuples amérindiens. Ils refusaient d’ailleurs d’apprendre d’autres langues que la leur, forçant ainsi les nations voisines qui trafiquaient avec eux à apprendre le huron.

 

 

 Mais leur alliance aux Français ne fera qu’exacerber leurs ennemis de longue date, les Iroquois, et la Huronie sera mise à feu et à sang par ces derniers en 1649. C’est alors un long exode qui commence. Quelques centaines de survivants viennent se réfugier au Québec. Ils sont toujours poursuivis par les Iroquois qui les relancent jusqu’à leur dernier retranchement. Les Hurons se déplacent successivement à sept emplacements différents avant de se fixer de façon permanente dans la région de Québec, plus précisément à La Jeune-Lorette en 1697. Des Hurons vinrent également s’établir parmi les Français peu après la fondation de Montréal. L’harmonie entre les deux peuples est complète. Malgré le fait qu’on ne comptait qu’environ 179 membres en 1829, la population huronne se chiffre maintenant à 2751 membres dont 1100 résident toujours à Wendake (Jeune-Lorette, Québec). Ils forment aujourd’hui une petite communauté prospère.
Au début du XVIIe siècle, les Hurons cultivaient environ 2800 hectares de terre. On dit que, chez eux, il était plus facile de se perdre dans un champ de maïs que dans la forêt. La Huronie était rien de moins que le grenier des tribus du Nord. http://www.okiart.com/oki_fr.asp?no=19527
 Nous en venons enfin aux Iroquois. Ce mot vient du surnom «Irinakhoiw» que leur donnaient leurs ennemis et qui signifie «langues de serpent». Les hommes iroquois étaient les plus féroces guerriers d’Amérique.lors de l arrivée de cartier, ils habitaient deux bourgades dans les basses terres du Saint-Laurent ; Stadaconé (maintenant Québec) et Hochelaga (aujourd’hui Montréal). Toutefois,a l arrivée de champlain 60 ans apres, ils ont complètement disparu de la région de la vallée du Saint-Laurent et occupent plutôt l’actuelle région au sud des Grands Lacs (aujourd’hui l’État de New York). Cet inexplicable déplacement constitue une des grandes énigmes de notre histoire. Les Iroquois étaient réunis en une confédération de cinq nations: les Agniers (Mohawks), les Onneitouts, les Onontagués, les Goyogouins et les Tsonnontouans. La confédération iroquoise est présidée par 50 chefs représentant autant de tribus. Contrairement aux autres peuples amérindiens, plusieurs nations iroquoises parlent une langue apparentée à la langue aztèque, parlée dans l’actuel Mexique. Ils seront d’abord les alliés des colons de New Amsterdam (le New York hollandais), et ensuite ceux des Anglais qui leur fournirent des fusils (ce que la France refusa toujours de faire). Les Hollandais et les Anglais se serviront d’eux pour plusieurs raids de guérilla sur la jeune colonie française. Les guerriers Iroquois massacreront sans pitié et à plusieurs reprises les paysans de la Nouvelle-France. L’arme préférée des Iroquois est le «casse-tête». Le «scalp» , pratique qui consiste à arracher le cuir chevelu d’un ennemi pour le porter comme trophée à sa ceinture, est aussi très populaire. Les Anglais échangeront aux Iroquois des scalps de colons Français contre des fusils. Les Iroquois sont également très doués pour la torture,
Les Iroquois étaient sédentaires, leurs villages étaient donc établis au même endroit pour de longues périodes de temps. Ils se déplaçaient pour des raisons militaires ou lorsque la terre avait été épuisée (à tous les 20 ans environ). L’agriculture fournissait la majeure partie de la diète iroquoise; maïs, haricots et courges. La société iroquoise était soumise à une hiérarchie matriarcale, c’est-à-dire que ce sont les femmes qui étaient les propriétaires terriens et qui déterminaient les liens de parenté. Après son mariage, un homme allait vivre dans la maison longue de sa femme et leurs enfants devenaient alors membres du clan de celle-ci.
Les femmes possédaient et exploitaient les champs de culture sous la supervision de la mère de clan. Les hommes quittaient d’habitude le village en automne pour la grande chasse annuelle et revenaient au milieu de l’hiver. Au printemps, ils pêchaient. Comme celle des Algonquiens, la religion des Iroquois était basée sur le culte du «Grand Esprit» tout-puissant qui régnait sur toute les créatures vivantes. C’est le système politique confédératif des Iroquois qui les rendait toutefois unique et c’est celui-là qui leur permit de dominer militairement les 200 premières années de l’Amérique coloniale. *
                                               
La Nouvelle-France était un gigantesque territoire qui couvrait la majorité de l’Amérique du Nord. Ce territoire était divisé en trois grandes régions: le Canada (l’actuel territoire du Québec et de l’Ontario), la Louisiane (qui couvrait alors tout le Midwest américain) et l’Acadie (aujourd’hui le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard).

Jacques Cartier, premier explorateur connu à s’être aventuré dans le fleuve Saint-Laurent, est aujourd’hui connu comme étant le découvreur officiel du Québec. Son journal de bord fournit de précieuses informations sur le Québec d’avant la colonisation, sur ses habitants, leurs coutumes, traditions, croyances et mode de vie. Ses explorations ouvrirent le Québec à la France. $torNOUS SOMMES TOUS ÉGAUX LA COULEUR DE LA PEAU N’Y CHANGE RIEN.

CE QUI EST BON ET JUSTE POUR L’UN EST BON ET JUSTE POUR L’AUTRE, ET LE GRAND ESPRIT A FAIT DE TOUS LES HOMMES DES FRÈRES.                                                                      

                                                   

 

 
Advertisements