~~Loups et indiens freres de douleur~
 

 A l’image de l’homme occidental, du temps où il vivait de la chasse, l’Indien a toujours pris le loup en exemple. L’un et l’autre se ressemblent. Tous deux jouent humblement leur rôle de prédateur avec un profond respect pour la nature. Ils subiront les mêmes cruautés*

 Plus longtemps que nous, les Indiens ont gardé un mode de vie semblable à celui du loup, c’est-à-dire en clans nomades vivant de chasse, de pêche et de cueillette. A vrai dire, c’est pour l’éternité que les Indiens ont juré fidélité à un système proche de la nature. En plus d’être durable pour eux-mêmes, celui-ci respecte aussi bien la Terre et ses ressources que chacun des êtres vivants et assure à la nature toute entière une survie saine et complète. L’Indien remplit humblement le rôle qui est le sien, celui de grand prédateur, au même titre que le loup, son frère. C’est pourquoi le loup est toujours resté un ami et un « maître des chasses » aussi respecté que la nature qu’il chérit. Mais cette belle complicité et son équilibre de vie ont été brisés ensemble au cours de la colonisation. Aujourd’hui encore, c’est dans cette douleur que le loup et l’Indien sont le plus souvent réunis. 1151358696

Le loup, père du savoir indien  Étoile*.

Chez de nombreux Indiens, notamment parmi les populations de la côte pacifique nord-ouest du Canada, le rituel du loup est l’initiation qu’empruntent les enfants pour devenir hommes. Le « klukwana », la danse du loup, est un rituel qui ouvre la saison sacrée de l’hiver où les hommes entrent en communication avec les esprits. C’est durant cette période que les enfants et les novices recevaient le savoir des ancêtres sous forme d’"histoires sacrées" – le mot « mythe » a une connotation péjorative dans nos cultures de la rationalité. Ils apprendront tout ce que le loup a transmis aux fondateurs de leur tribu à travers la force et le courage, ou les pas et les chants que les danseurs, masqués à l’image de l’animal, exécutent en son honneur.

Mais, plus généralement, toutes les tribus indiennes ont un grand respect du loup avec qui elles partagent un mode de vie respectueux des équilibres naturels et un rôle primordial dans cet équilibre. Le loup inspire l’homme par son mode de vie et ses techniques de chasse. La solidarité d’un clan n’est pas différente de la fraternité d’une tribu. Le rôle de grand prédateur nécessite un grand savoir. Les Indiens ont su écouter, observer et prendre exemple.

L’Indien, c’est l’homme : l’égal du loup  Ampoule

 Chez les Indiens Pawnee, l’identification est particulièrement forte. Dans leur langage, les mots « loup » et « homme », sont identiques, c’est-à-dire « pawnee ». Mais partout, l’Indien se lie à l’animal qu’il respecte et prend en exemple. Il est le modèle du chasseur dont ils revêtaient la peau pour réussir l’approche du gibier, le modèle du guerrier, dont la force et l’ardeur au combat sont sans égales. Mais le loup est aussi une référence d’un point de vue social, dans les rapports au sein du clan ou vis-à-vis de l’éducation des petits. De ces rapports transparaît humanité que seules les représentations idéalisées de l’homme sont en mesure de nous faire entrevoir.

 Bien plus qu’une "vénération", c’est un profond respect qui habite l’Indien à l’égard du loup. L’inverse est probablement vrai également. Plusieurs tribus ont, en effet, uni "le loup et l’Indien", d’égal à égal. Mais toutes partagent cette vision car l’un et l’autre envisagent chaque créature de l’univers comme partie d’un tout.

De même, l’homme occidental (son ancêtre) a, lui aussi, vénéré le loup en son temps, avant qu’il ne renonce à son mode de vie. Ses rapports avec le loup ont changé du tout au tout lorsqu’il cessa de chasser pour élever du bétail. Les liens qui l’unissaient auparavant au loup étaient très semblables à ceux qui ont toujours uni le loup et l’Indien. C’était bien avant que certains ne parlent d’une "priorité à l’Homme".

Le loup et l’indien: frères de douleur  Lune*.

 Un élément majeur rapproche encore l’Indien et le loup : la colonisation. Leurs destinées ont forcément été liées par les colons dans leur conquête de territoire. Les Indiens doivent être expulsés car ils n’ont pas su exploiter la terre, comme la Bible le commande. Le loup, on le sait, a déjà été déclaré nuisible dans cette perspective. Ici, bien plus qu’une espèce, c’est un mode de vie commun au loup et à l’Indien que l’on entendait détruire. Au nom de quoi ? D’un dieu, dit-on, mais aussi d’une prétendue incompatibilité entre deux modes de vie.

 De plus, malheureusement pour lui, le loup est assimilé à l’ennemi, l’Indien, avec qui il entretient de bons rapports. En contrepartie, en tant que symbole du mal, il n’a pas joué, non plus, en faveur de l’Indien. C’est donc un double génocide qui peut commencer au nom de l’Eglise, par un peuple élu et, de surcroît, sur la Terre Promise. Dans le prolongement de cette mission divine, bientôt, il aura le Monde entre les mains.

 SoleilLe combat sera encore long avant que loup et Indien retrouvent une place sur leurs terres d’origine.Étoile .

 $torm a l’ecoute de la plaine*